top of page

Baisse des effectifs de police aux frontières et temps d'attente aux frontières des aéroports

Dernière mise à jour : 20 janv.

Question écrite au gouvernement posée le 19/01/2023 par Sébastien Meurant à M. Gérald Darmanin - ministre de l'intérieur et des outre-mer



M. Sébastien Meurant interroge M. le ministre de l'intérieur et des outre-mer au sujet des temps d'attente aux frontières des aéroports franciliens, et de la baisse des effectifs policiers en charge du contrôle aux frontières.


Entre 2019 et 2023, les effectifs de la police aux frontières présents au sein des aéroports franciliens ont été diminués drastiquement. Depuis le début de la crise sanitaire, les postes de policiers aux frontières ont été réduits de plus de 350 agents.


Alors même que le trafic aérien a repris à hauteur de 83 % des vols par rapport à l'avant covid, les agents de police aux frontières dans les aéroports franciliens peinent à atteindre 60 % des effectifs avant covid.


De nombreux pays, dont la Chine, se remettent à voyager et la France reste encore aujourd'hui la première destination touristique internationale. Toutefois, l'expérience voyageur et le premier contact avec notre pays à travers le passage des frontières reste très largement améliorable.


En effet, les temps d'attente aux frontières des aéroports franciliens dépassent allégrement les limites fixées par le conseil interministériel du tourisme le 26 juillet 2017 : « engagement sur un temps d'attente maximum à la police aux frontières dans les aéroports de 30 minutes pour les ressortissants européens et de 45 minutes pour les non européens à compter du 1er janvier 2018 ».


En 2021, les aéroports franciliens ont constaté 1 230 occurrences de dépassement de ce seuil, avec des temps moyens d'attente autour d'une heure et vingt minutes, pouvant même parfois atteindre les deux heures.


Une solution existe pour fluidifier le contrôle aux frontières : les sas parafe, mais sur les 12 existants, il n'est pas rare d'en voir une majorité fermée non pas à cause de dysfonctionnement mais par simple dogmatisme.


Sur les 26 points de contrôle aux frontières et les 12 sas parafe, il a été constaté en moyenne 2 sas parafe ouverts et 4 à 8 aubettes, ce qui représente à peine 20 % des capacités de nos aéroports.


Alors que la France s'apprête à organiser des évènements sportifs internationaux majeurs tels que la coupe du monde de rugby en 2023, et les jeux Olympiques en 2024, il lui demande quelles mesures il entend rapidement mettre en œuvre pour améliorer la qualité de l'accueil et réduire le temps d'attente aux frontières aéroportuaires de notre pays.


__________________________________________________________________________________


En attente de réponse du Ministère de l'intérieur et des outre-mer

0 vue0 commentaire
bottom of page